• 663 visits
  • 2 articles
  • 14 hearts
  • 20 comments

Bienvenue dans mon âme créative 26/10/2017

~ Kon'nichiwa ~
Je vous souhaite la bienvenue dans mon âme créative...
.
.
Salut !
Mon nom de rêve c'est Fany et comme ce n'est pas le mien IRL bah ... appelés moi Fany ici !
J'ai 15 ans et je suis né le 28 novembre (à retenir xD) !
Je suis un peu tarée, énergique et j'ai un humour de merde !
J'adore dessiner, écrire, jouer avec tout et n'importe quoi...
J'adore aussi beaucoup les manga shonen, les shojo yaoi et yuri et les livres en général !
J'aime beaucoup parler anglais aussi *^*
... ah ! et j'essaye d'apprendre le japonais !
Enfin, j'adore Fairy Tail, Assassination Classroom et pokémon !
Mes titres ? Je dirais que je suis une Neko (kuro Neko attention !) et je suis : The queen of potatoes !!! wD
Sinon, venait parler pour mieux me connaître ww (<-- ceci n'est pas une faute !!)
 
Par contre, comme je suis entré au lycée, j'aurais moins de temps pour être ici mais je ferais de mon mieux !
 

J'accepte :
- les commentaires
- les likes
- les amis
- les discussions
- les critiques MAIS constructives
- ...
 
Je n'accepte :
- les pervers
- les dragueurs
- les racistes
- les homophobes
- les rageux
- les insultes
- ...
 

Dessin : 
- Karmanisa étape 1 - étape 2 - étape 3 - étape 4 - finale
- Asuka
- Swiss + une autre fille
- Sirène + Poisson
- Neige
- Naturaliza
- fille avec ombre
 
Mission :
- Commune-of-Luxus 1 II 2 [MISENT EN PRIVE]
 
Challenges d'écritures / concours :
-
Nom : neige ou sang ?
Pairing : aucun
Raiting : T
Genre : Angoisse, Horreur & Suspense
Statut de l'écrit : terminé
Statut sur le blog : public
Série : à voir
Personnage principaux : Levyna (OC)
personnage secondaire : (aucun)
Thème : Halloween
Mots imposés : Néant, Mauvais pressentiment, empaillé(s), Lune rouge, Grelot & danse party
résumé :  En ce soir de 31 octobre, Levyna avait prévu d'aller se promener dehors, dans la neige froide éternelle de la terre du nord. Pourtant, ce que elle ne savait pas, c'est que se soir était celui des monstres pour les autres habitants de la planète ! Alors, quand elle se retrouvera plongé dans un monde parallèle remplit de créature prêtes à la dévorer, elle devra user de ruse pour sortir de cet endroit car pas sûr que sa magie sera son salut...
( MOUHAHAHA !)
Mot de l'auteur : 2359 mots pour un résultat qui seront votre avis, donnera peut-être une fiction !
Lien : I
.
.
Avant tout choses... petite précision : je sort des écrits et autres, selon mes envies ! Alors je ne suis pas régulière !
.
.
Où me trouver : 
J'ai un compte Wattpad : My-Creative-Soul
J'ai un blog rp et jeux : 095fany
J'ai un blog jeux : xContest

Où je suis répertorié :
xmilli-repertory [BANNIERE]
Repertoire--mangas [BANNIERE]
 
Blog où j'ai participé à des concours :
Scriptoria [BANNIERE]
 
Crédits :
Mon habillage est de YukinoLuka [BANNIERE]
Les bannières sont de moi ou de Manganime-Habillage [BANNIERE]
Les images ne sont pas à moi sauf les dessins
Merci Maids-Café pour leurs conseils et avis justes [BANNIERE]
 
Je soutiens :
YukinoLuka [BANNIERE]
Manganime-Tutos [BANNIERE]
Manganime-Habillage [BANNIERE]

Tags : Bienvenue

Concours de : xMilli-repertory : neige ou sang ? 29/11/2017

~ Kon'nichiwa ~
 

Je me trouvais devant une des grandes portes en bois menant à la salle, hésitant à frapper.
Mes parents étaient à l'intérieur ainsi que mes frères et s½urs, je le savais car j'avais entendu leurs voix fortes et puissantes.
Je savais que si je n'entrais pas, je ne pourrais jamais demander l'autorisation de sortir à cette heure tardive en pleine tempête de neige...
Pourtant je voulais sortir, sentir la neige me frôler les flans et emporter mes longs cheveux bleus ondulés dans une danse nocturne dont seul le vent a le secret.

Prenant mon courage à deux mains, j'ouvris avec force la porte et j'entrai, mes bottillons de cuir claquant dans un bruit rassurant sur le sol de pierre couvert de tapis d'un rouge sanguinaire rappelant la couleurs des étoffes accrochés aux murs bien vides malgré les têtes d'animaux morts empaillés et récoltés lors des longues chasses diurnes.
Mon père était assit sur un siège en bois recouvert d'une fourrure brune virant au noir, face au feu.
Ma mère était quant-à elle assise autour de la table en bois brun tacheté, avec mes trois frères ; ils jouaient à un jeu de chez nous qui consistait à faire avancer des billes de bois et de métaux divers sur un lot de plateau.
Enfin, mes deux s½urs était assises proche du foyer de la cheminée de bois, recousant une robe en laine épaisse et verte.

À mon entrée, ma famille se tourna vers moi et mon père prit la parole de sa voix rauque et grave et me questionna sur ma raison de ma venue, me faisant au passage remarquer que cela faisait plusieurs heures que j'été occupée à lire des vieux parchemins relatant des guerres entre mon peuple brave et le reste du monde avide de nos paysages et de nos richesses.
Je lui répondis dans un sourire que je souhaitais sortir afin de me vider l'esprit mais je vis aux sourire crispés, que cela risquait d'être bien plus compliqué que prévus...
Ma mère, d'une voix qui trahissait son inquiétude, déclara qu'il y avait une tempête de neige plutôt impressionnante et que même si j'étais puissante, je pourrais me blesser voir pire : mourir !
Je la rassurais et après avoir juré que je porterais mon grelot porte bonheur bénis par nos dieux qui malgré tout ne me semblait pas être le meilleur moyen d'avoir l'air pacifique avec ma s½ur la neige, je pus partir me promener.

Je me préparais alors à sortir, en mettant sur mes frêles épaules, une cape faite d'une fourrure grisâtre maintenu en place grâce à un bouton rond d'os de cervidé ; ce fut ainsi vêtu, que quelques minutes plus tard, je sortis dehors.  
 Lorsque je franchis l'immense porte de bois et de métal et passai ainsi le seuil de la bâtisse de pierre au toit de bois et de fagot de pailles et de branches fines, une bourrasque de vent glacée et puissante fit s'envoler mes cheveux en arrière et claquer légèrement contre la porte.
Riant à cela, j'avançais dans l'épaisse couche de neige qui m'arriva à la limite de mes bottes, de la neige commençant à recouvrir mes épaules.
Prise dans un fou rire incontrôlable, je me mis à courir et à tournoyer quitte à glisser et tomber dans la neige glacée de la Terre du Nord, à certains moments, mon corps fut soulevé par la tempête et le froid s'insinuait tel un insecte, à travers mes couches d'habits pourtant épais.
Que de plaisir et de joie en ce moment si particulier où je me retrouvais seule face à moi : Levyna Fengurdóttir, cadette d'une famille de six enfants portant les valeurs de son peuple.

Au bout d'une période pouvant plus se compter en heures qu'en minutes, je me calmais et découvrit que l'endroit où je me trouvais était bien différent de ce que je connaissais : ni neige, ni bourrasque frigorifiante mais à la place un décor inhabituel pour moi...
À la place de la lune blanche aux reflets bleutés, se trouvait une lune rouge aux reflets sombres dans le ciel rougeâtre et orangeâtes.
Du sol, émanait des plantes décharnées et noires aux pointes aiguiseés, qui ne laissait de libre, que un chemin menant vers une forme flou ; le sol étant couvert d'herbes sèches et jaunes sales.

Ne pouvant plus que suivre le chemin indiqué par les plantes, car celui par lequel j'été arrivée avait disparu mystérieusement, je me mis en marche bien que mal à l'aise voir ... effrayée ?
Je marchais en regardant autour de moi, à la recherche d'un autre chemin, qui paraitrait ainsi plus accueillant.
Durant le trajet, je cru sentir des yeux sur moi, comme à la recherche de mes faiblesses afin de les exploiter, ces yeux étaient tellement insistants que je cru défaillir à plusieurs reprises !
Je devais me reprendre, moi, Levyna ! Je suis plus forte que ça ! Du moins... je l'espère...

Au fur et à mesure que je me rapprochais, je me rendis compte que la forme floue était une demeure comme je n'en  avais jamais vu : le toit était fait d'un étrange matériau rouge, plat et liquide, des lignes rouges pouvaient être vues sur le toit, rappelant la peinture.
Les murs étaient quant-à eux faient de bois brun ainsi que la porte, bien que elle fût plus clair, enfin des fenêtres en verre cassé et encadrées d'un métal noir ornait la façade.
Entendant de la musique s'échapper par les fenêtres brisées, je décidai de rencontrer les propriétaires afin de comprendre le lieu où je me trouvais et comment revenir chez moi; toquant alors trois fois du dos de mon poing, qu'elle ne fut pas ma surprise lorsque la porte s'ouvrit de sa propre volonté !
Malgré tout, j'entrai et je traversais le long corridor en me questionnant sur cet étrange bâtisse et sur la musique émanant d'une porte chiquement décorée qui m'était en vue, je venais même à me questionner sur mon état mental et sur l'intelligence de ma sortie ; en fait, j'avais surtout peur d'avoir eu la vision de ce que les habitants des régions étouffantes nommé des mirages !
Pourtant, je devais me reprendre car sinon, je ne m'en sortirais jamais ; dans cette optique, je me mis à fredonner l'air d'une berceuse que me chantait souvent ma mère petite, une berceuse douce et puissante à la fois.

Ayant repris confiance, j'ouvris la porte me dévoilant une scène auquel je ne me serrais pas attendue : des créatures dignes des plus grandes légendes dansaient sur une piste de danse en planche de bois, vêtues de somptueuses tenues tels que je n'en avait vu que dans les peintures représentant les êtres de l'autre coté du monde !
Des femmes squelettes aux visages peints et avec des robes d'un rouge sanguinaire, des morts revenues à la vie dans des tenues grises et vertes bouteilles et tant d'autres.
Alors que je ne savais plus où donner de la tête, une main glaciale et puissante se posa sur mon épaule, laissant une sensation de morsure douloureuse descendre le long de mon bras et monter vers mon cou.
Je me retournai afin d'apercevoir le propriétaire de cette ... main ?
Le propriétaire ne semblait guère empreint à jouer aux spelbräda, et d'une voix aussi glaçante et mordante que cette partie de son corps posée sur la liaison de mon bras et de mon cou, il me déclara prestement ce que je faisais là, plus précisément il me demanda pourquoi je me trouvais ici car je gâchais l'ordre de la danse partie... L'ordre ? Hein ?

Au son de sa voix, d'autres personnes se mirent à me fixer d'une lueur que je ne saurais trop définir entre la faim, la colère, la haine et l'envie...
Prise d'une panique des plus incontrôlables et surtout nerveuse, je me retournai et m'enfuis à travers les couloirs sans même me retourner ou réfléchir, je ne souhaitais plus que partir et trouver la sortie...
Malheureusement, la porte par laquelle j'étais entrée semblait avoir disparu pour plutôt laisser place à de longs couloirs que je ne pris même pas la peine de décrire, ma peur bloquant en partie mes sens et mon esprit concentré que sur ma fuite et mes jambes fines qui couraient en de grandes enjambées que j'espérais assez rapides.
 Après de longues minutes qui me semblèrent infinis, au détour d'un couloir, je me pris les pieds dans un des tapis et m'écroulai faiblement sur le sol.
Dans un geste nerveux, je me mis à trembler et me recroquevillai sur moi en pleurant silencieusement, la peur au ventre dans ce silence opaque ne laissant entendre que les battements de mon c½ur qui semblait vouloir sortir de ma cage thoracique.
Puis prenant conscience de l'absence de quiconque autre que moi, je me redressais lentement et pitoyablement, la colère montant en moi si fortement et brusquement qu'une flamme noirâtre et à l'odeur affreuse entoura un de mes frêles poing : J'étais capable de tuer et de dominer avec ma magie si malsaine, et j'avais peur ?
Je décidais de me calmer, la flamme disparaissant d'elle-même.

Une fois calme, je me dirigeais vers une immense porte en métal se trouvant devant moi; la porte avait des écrous plutôt imposants sur son cadre grisâtre, malgré cela elle était plutôt simple !
Je décidai donc d'écouter à travers la porte le moindre bruit suspect, mais la porte était d'une telle épaisseur que seul le bruit de mon visage cognant légèrement contre le métal dur et froid résonnais dans mon oreille.
Lorsque je me redressait, j'eu un mauvais pressentiment mais je posais quand même ma main sur la poignet de la porte que j'ouvris d'un coup, la faisant claquer contre le mur.

Devant moi, se trouvait un garçonnet à peine plus vieux que mon troisième frère et ma deuxième s½ur ...
Vêtu d'une tenue noir et longue, ses cheveux de jais en bazar et son teint pâle tranchant avec ses yeux  rouges malsains, il se tourna vers moi et me fixa, un fouet près à claquer contre le sol.
Il leva alors la main ne tenant pas son fouet vers moi et je fus prise d'un désir étrange de me rapprocher de cette main pourtant si fine et osseuse !
Je ne tins guère longtemps et m'approcha en silence de lui, le laissant poser sa main sur ma joue rebondie dans laquelle il enfonça ses ongles, du sang coulant rouge et liquide sur la courbure de mon visage.
Sa bouche s'ouvrit lentement et il prononça d'une voix suave une simple question : « te serais-tu enfuis petite humaine ? » Et à sa question, un simple non franchis, sans ma réelle autorisation, mes lèvres.
Ma réponse ne sembla pas du tout lui plaire, il leva alors son fouet vers moi en hurlant que j'étais une sale menteuse !
Je reculais rapidement afin d'éviter son fouet qui fit un bruit de tonnerre lorsque il claqua le sol fait d'un dallage blanc ne contrastant pas vraiment avec le blanc des murs ... couverts de taches rouges ?
J'étais où ? Étais-se du sang ? Qui était-il ? Tant de questions se bousculèrent dans mon esprit confus au possible.
Malgré tout, devant l'air froid et énervé du jeune homme, je m'enfuis en courant, empruntant une petite porte dérobée en bois.

Cette porte me mena vers une pièce sombre où des hommes et des femmes de tous âges étaient pendus ou accrochés par des menottes, du sang couvrant une énorme surface de la pièce et de ses occupants.
Des geignements de terreurs s'élevèrent dans la pièce et une femme  m'hurla même de fuir, ce qui sembla d'ailleurs me faire reprendre conscience de ma situation : acculée à un mur face à homme fou !

La seule issue étant une fenêtre menant au toit ... attendez ? J'étais montée si haut que ça ?
Je décidai pourtant de ne pas trop réfléchir et fonçais en direction de ma seule issue qui me reliait à l'extérieur, sautant par cette fenêtre assez grande pour moi et atterrissant dans un liquide rouge un tant soit peu gluant et à l'odeur me faisant tourner la tête avec dégout.
Cette odeur, j'en étais sûr maintenant, n'était pas celle de la peinture étourdissante, mais celle du sang frais ...
Je marchais dans du sang ... frais ... mes bottines en étaient même imprégnées ...

Les larmes montèrent à mes yeux une autre fois, et coulèrent lentement brouillant ma vue, et à la même vitesse, je me retournai pour voir cet homme marchant dans le sang en ma direction, un air malsain et un sourire atteignant ses oreilles, une aura sombre l'entourée et je crois que ce détail acheva mon esprit saint.
Un rire dément franchis mes lèvres gercées, ma tête se balançant en arrière et ma vue déjà troublée par mes larmes ne faisant que se troubler plus !
Voyant que mon adversaire semblait surpris et reculait d'un pas, je ne réfléchis plus et me jetai sur lui avec une fureur noir, mes mains cachées sous une brume noir de magie.
Un premier coup dans son visage, puis un autre en ventre, enfin un dernier à sa nuque : ce fut ce qui le mit à terre bien que ma force physique était en soit des plus faibles, mais ma magie compensant.

Lors que je m'apprêtais à lui assener le coup fatal, il sembla grandir, des ailes noirâtres poussant dans son dos ainsi que deux cornes : un démon était devant mes yeux et pas mal remonté envers moi comme le faisait clairement comprendre sa manière de se mordiller ses lèvres.
Il se rapprocha avec une lenteur folle, de moi et il me donna un grand coup dans le ventre qui me repoussa et me fit tomber tout entière dans le sang dégoulinant du toit.

Me relevant avec difficultés, je courrais vers le bord du toit espérant pouvoir m'enfuir par là, mais au lieu de voir l'étrange forêt noir et morte ainsi que le chemin, je vis plutôt ... je ne sais trop ...
En fait, tout et rien étaient présent : je voyais toutes les couleurs et aucunes, toutes les odeurs se mélangeaient pour qu'il n'y en ai aucune, un paysage m'encadrait ou mille ou même aucun !
Tout ce que je voyais était si ... comment-dit on déjà ?
Et .... Quel est mon nom déjà ?
La peur me prit lorsque je tombai dans ce ... néant ? Tout ? Vide ?
Je ne sais plus ...

Je me souviens juste qu'après cette période indéfinie je me réveillais dans la neige de ma Terre du Nord, ensevelie de la tête au pied et mon corps glacé.
Je tentais de me relever, et après maintes efforts je pus enfin m'assoir bien que de la neige pesant sur mes épaules, tremblotante et totalement glacée.
Je ne savais que trop penser, alors complètement sonnée, je décidai de serrer mon porte-bonheur dans mes mains et rentrais chez moi au pas de course.
Lorsque j'arrivai chez moi, ma famille était déjà couchée, je me dépêchai donc de me mettre sous mes fourrures pour une bonne nuit de sommeil après tout ça !

Ce fut une des nuits les plus étranges de ma vie...


- --- -

Ce O.S. de 2539 mot à été écrit pour le concours de xmilli-repertory 
J'ai du écrire sur le thème de ... Halloween !
Avec les mots : Néant, Mauvais pressentiment, empaillé(s), Lune rouge, Grelot & danse party
peut-être que j'écrirais une fanfic avec Levyna 
Donnez votre avis en coms !

Tags : Concours - One-Shot - Levyna